Bilan de la Saint-Valentin

La Saint-Valentin est déjà terminée et ce fut l’occasion pour nous autres amoureux de se retrouver ensemble pour fêter nos couples. De divers programmes mais une volonté commune : faire survivre l’amour aux irrégularités sentimentales.

Le classique : fleurs, restaurant, coït

Généralement, la Saint-Valentin se déroule de manière formidable. La femme sait qu’elle va être chouchoutée toute la journée et l’homme rêve d’un ou deux bonus dans la soirée. Il est donc ordinaire d’offrir des fleurs à sa promise pour l’enchanter. Pour les petites bourses, un petit déjeuner au lit faussement travaillé devrait suffire à la combler.

Le restaurant est une étape incontournable de la Saint-Valentin avec les bougies et les pétales de rose étaler sur la nappe blanche pour bien rejouer les scènes vues au cinéma pour ce type d’évènement. Le fait de se sentir vivre en reproduisant ses modèles d’identification est un grand classique, tout comme la gorge profonde avant la levrette est une digression du porno.

À ce propos, si un homme respecte bien l’acheminement de toute la procédure souhaité, alors la femme devra s’offrir le soir venu ou au moins trouver une excuse si elle ne le veut pas, c’est le jeu. Le soir de la Saint-Valentin, on se doit d’écarter les jambes pour laisser passer celui que l’on a décidé d’afficher comme l’homme de sa vie. Qui s’en plaindrait puisqu’une activité sexuelle régulière aide à la relaxation, à la lutte contre la dépression et à une bonne santé en général.

D’ailleurs, les études ne disent pas si le fait de baiser avec une grosse black mature soit également bon pour la santé. On peut supposer que les effets positifs soient plus marqués avec une mannequin Ukrainienne qu’avec un boudin Moldave, notamment en ce qui concerne les effets antidépresseurs.

L’original : le coup de la demande en mariage

Il y a toujours un esthète de l’amour qui se croit malin en demandant la main de sa promise le jour de la Saint-Valentin. Les demandes de fiançailles sont également principalement verbalisées ce jour là où toutes les folies sont permises. Bien entendu, les lendemains d’une demande en mariage sont difficiles, c’est toujours plus simple de demander que de préparer, que de dire que l’on aime que d’aimer. D’ailleurs, pour aimer quelqu’un, doit-on se dire que l’on aime ? Verbaliser son amour pour quelqu’un, n’est-ce pas déjà spéculer dessus?

Enfin, pour bien consolider sa demande de fiançailles, le bougre va poster une photo de sa bague en solde sur les réseaux sociaux, accueillie par une pluie de faux j’aime. Un classique..

Les célibataires le jour de la Saint-Valentin

Être célibataire le jour de la Saint-Valentin, c’est un peu être un identitaire dans une réunion d’écologistes. Une haine silencieuse qui ne peut être apaisé que par la bienveillance d’une femme différente qui a le don de redonner le sourire au plus taiseux. C’est une femme escorte que j’ai rencontré hier et qui a su apaiser mes tensions sans avoir à l’emmener au restaurant, simplement en la massant à son appartement. Les choses simples…

Frustrée et déçue je suis de la gente masculine !

Gente masculine, ou en est-elle ?

Tiens ben voilà un bon exutoire (j’espère que l’administrateur publiera mon article, ou alors c’est un phallocrate de 3e zone !), je ne viens pas ici brancher des tombeurs de minette style fièvre du samedi soir, non, je viens juste pousser un cri sur ce blog ! Ras, le bol des nazes qui ne pensent qu’à te baiser comme une hardeuse, ils pensent tous que c’est comme ça que l’on fait l’amour maintenant, surtout les moins de 30 ans. Bonjour les ravages de la télé avec film porno le samedi soir, ou en est la gente masculine ?
De suite, c’est, je te sodomise salope.
Comme si c’était naturel de se faire prendre par l’anus et en plus de se faire insulter pendant l’acte. Où sont les vrais mecs de la vraie gente masculine, ceux qui prennent le temps de te séduire, de te sortir, de pas se jeter sur toi comme la misère sur les pauvres dès le premier soir. Où sont les dignes représentants de la gente masculine. Je vais finir par sortir avec ma copine lesbienne À voir s’il y en a un qui daigne me répondre et donner suite à mon cri du cœur à prendre ! J’ai 27 ans, je suis me semble-t-il suffisamment comestible par le commun des mortels, pourtant chaque fois que je sors, c’est la même chose, je me fais brancher par des gros lourds de fils à papa, plus la voiture est grande moins ils en ont dans la cervelle.
Dans le pantalon, je ne sais pas, faudrait déjà m’en donner l’envie.
Je suis vraiment étonnée du peu de considération qu’à la gente masculine pour les jolies femmes, ils ne vont pas en boite, ils vont au baisodrome et toutes les filles qui vont en discothèque, c’est pour se faire sauter. C’est tout ce qu’elles auraient dans la tête, en attendant de se le prendre dans le cul ?
Voilà s’est dit, ça m’a fait du bien, j’espère qu’un mec digne représentant de la gente masculine aura le courage de me répondre, ce serait sympa d’avoir une réaction masculine.

Les filles, vous êtes les bienvenues, n’hésitez pas !
Quant à moi, je vais finir par aller aux clubs de philatélie si ça continue… Martine.
gente-masculine