Défoncer ou exploser le cul d’une escorte : vocabulaire imagé usité par les amateurs du genre.

Dans le monde de l’escorting, ce qu’il ne semble pas très bien vu c’est de rechercher une fille pour la sodomiser. Il paraît cependant qu’il est agréable de rencontrer une de ces beautés, que ce soit pour un voyage d’affaires, des séminaires sur l’érotisme ou pour des discussions coquines endiablées.

En effet, certaines spécialistes de la sexualité féminine, les compagnes libertines pour ne pas les nommer, ressentiraient des difficultés à s’habituer à cette préférence sexuelle sans stimulation préalable de la zone érogène concernée. Les femmes ressentiraient donc un besoin important de préliminaires soignés avant de passer à toutes formes de pénétrations, qu’elles soient buccales, anales ou vaginales.

En plus, il apparaît comme difficile, pouvoir jouir pleinement de cette pulsion du fait que la copulation anale passive est signe d’une prétendue faiblesse masochiste. Mieux, il semblerait que la sodomie puisse être douloureuse si elle n’est pas soigneusement accompagnée de l’application d’un gel lubrifiant intime à base d’eau, cela afin de compenser les sécheresses anales. Aussi, il est désormais déconseillé d’utiliser la vaseline ou la salive, cela dans un souci de confort et propreté. Bien que la sodomie soit considérée par certaines personnes sarcastiques comme la plus efficace méthode contraceptive, il semblerait que le succès de cette pratique sexuelle soit surtout dû au fait qu’elle vient abolir là un interdit. En effet, que ce soit sur le plan religieux ou moral, la sodomisation semble encore tabou aujourd’hui, contrairement au temps jadis des pédérastes citoyens à part entière en Terre Grecque antique. Il n’est donc pas étonnant de remarquer ces nombreux hommes qui pensent naïvement qu’une escort-girl serait bien plus mandatée à réceptionner l’enculage qu’un autre être humain. Certains témoignages libertins se rejoignent pourtant vers l’idée qu’en faisant preuve d’un peu de délicatesse ainsi que beaucoup de concentration, il serait possible de defoncer le cul d’une escort avec un godemichet. En plus, les jouets sexuels semblent tout de même offrir quelques commodités, comme le fait de ne pas avoir à pratiquer un lavement hygiénique préalable à la glorieuse pénétration anale.
Il arrive également le constat suivant : certaines personnes coquines s’écartent de la fesse, pour ne pas citer le cul, afin de s’orienter vers son contenu. Certaines escortes pourraient alors être séduites à l’idée de proposer leurs caviars accompagnés d’une douche dorée.

Une autre expérience sensuelle répandue consiste à inverser les rôles sensément attribués pour une sodomie. En effet, il semblerait que les hommes ayant la capacité à se faire soi-même sodomiser par une call-girl dominatrice seraient, par la suite, plus enclins à lui rendre la pareille. A ce propos, une étude américaine est même allée jusqu’à prétendre que la sodomie passive tente deux fois plus les hommes que les femmes (11% contre 5%). La fusion érotique apparaît, il serait alors possible d’effleurer un fantasme inavouable : défoncer le cul d’une escort-girl.

Pour conclure, il est difficile de juger convenablement les nombreux sexothérapeutes qui considèrent que la sodomie pratiquée par un hétérosexuel est une pulsion homosexuelle refoulée. Il semble plus judicieux de se concentrer sur le plaisir procuré par cette succulente pratique sexuelle.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *