Le missionnaire

Le kamasoutra dispose d’une foule de positions qui vous permette de stimuler vos ébats libertins. Parmi celles-ci, nous allons aborder le missionnaire, très adopté et facile à exécuter.

Tout d’abord, il faut rappeler que c’est un agencement propre à l’être humain et aux chimpanzés bonobos, les animaux gratifiant davantage la bonne levrette par-derrière, par surprise. Rien de tel que de prendre une femelle par le postérieur pour consacrer sa domination dans un groupe de mammifères.

Vous l’avez certainement tous pratiqué, c’est ordinairement la position de la première fois, la plus simple pour la pénétration et favorisant un accompagnement mutuel. Vous pouvez vous regarder dans les yeux et cela favorise les étreintes amoureuses, les bisous et l’ensemble des gestes participant au simulacre de l’amour. Cela évite de vous faire mal tout en garantissant une éjaculation relativement rapide. La fuite en avant pour les puceaux, les purs, ceux qui ont des bonnes notes en mathématiques.

Son nom vient des missionnaires œcuméniques qui prônent cette position comme la seule adéquate aux yeux de l’Eglise d’occident. Ainsi, lorsque vous voulez secouer le gigot, c’est en missionnaire et vous devez aller jusqu’au coït et faire un enfant, telle est la volonté du seigneur tout-puissant, l’omnipotent, le prépondérant, le véridique…

Cependant, puisque l’on parle d’enfant et de gésine, cette position est proscrite durant la gestation, sauf si vous voulez montrer au petit la relève qu’il va devoir assumer. Cela fait bizarre de vivre à côté d’un bruit de machine à laver à un âge prénatal. Vous pouvez me croire…

C’est tout de même drôlement romantique de se placer là, dans les méandres des reins de votre collaboratrice, enlacée contre vous. Ce n’est pas forcément très bandant à observer pour les amateurs de voyeurisme mais en matière de pratique amoureuse nécessitant plus que du génital, c’est très préconisé.

Les cocus adorent voir leurs femmes se faire prendre en missionnaire, du fait que c’est une position qui renvoie aux sentiments. Ainsi, pour eux, cela s’apparente à une vraie tromperie, celle qui inclut des émotions. Subséquemment, le cocu ne voit pas sa compagne se faire déchiqueter mais il la sent en train de faire l’amour, sincèrement, avec l’homme qu’elle aurait aimé avoir comme mari pendant qu’il masturbe sa petite bite de perdant au pied du lit. L’extase…

Le missionnaire offre quelques variantes : les jambes écartées, sur le côté ou encore collées. Il permet une insertion intense et violente mais également douce et empathique. De quoi s’entraîner pendant quelques mois avant de lui expliquer votre penchant pour les chiennes soumises à laisse. Ce n’est que de l’amour…

Cette chronique est principalement affectée aux jeunes couples qui se cherchent et qui ne savent pas encore vraiment comment interagir dans le temple de la procréation. En conséquence, il est de notre devoir de vous rappeler qu’il est toujours important de se protéger via les dispositifs coutumiers que sont les condoms (préservatifs). Cela vous permettra de surcroît, jeunes hommes, de ne pas prendre de risque pour votre santé et de vous entraîner à ne pas éjaculer trop vite. Tout le monde n’a pas la santé de votre narrateur…

 

Comments are closed.