Ocytocine, l’hormone du sexe…

« T’as pas une dose ? J’ai plus d’ocytocine depuis que ma femme m’a quitté ». L’ocytocine est un neuropeptide qui agit comme une drogue, nous allons voir les bienfaits de cette toxicomanie. En effet, il s’agit dune bonne dépendance, du moins pour un temps.

mario dela de l'ocytocine

Une sécrétion caractérisée

Tout d’abord il se sécrète au contact d’un « amour », c’est à dire avec celui qui pour vous tend vers le grand Autre. C’est celui à qui on « donne ce que l’on n’a pas » pour reprendre la formule de Lacan, c’est à dire un objet exempt de toute considération matériel mais s’inscrivant, malgré tout, dans le don.

C’est alors que l’on rencontre des situations où l’on ne pense qu’à recouvrer l’odeur de l’être aimé qui agit comme un nirvana éternel, comme un socle indispensable. Associé à la dopamine et l’endorphine qu’il concourt également à secréter, c’est le bonheur pour mille balles. L’ocytocine est habituellement libérée pendant les orgasmes, les baisers et même les contacts charnels dans leur globalité. Attendez avant de pleurer d’émotions, l’ocytocine n’est pas qu’une drogue qui se deal chez les bisounours.

Tout part de la mère

En effet, c’est aussi l’hormone de la maternité puisque ce neuropeptide provoque la contraction de l’utérus pendant l’accouchement et facilite également l’éjection du lait pendant la tété. Il provoque des émotions positives chez l’humain qui se sent d’attaque dans sa vie publique. Cependant comme toute drogue, le produit s’émousse sous l’effet de la tolérance donc profitez des overdoses. En réalité, c’est l’endorphine qui baisse s’il n’y a pas de nouveauté dans la situation, de renouvellement, d’efforts communs. Pour résumer, l’ocytocine continue à se libérer mais ne donne plus les effets escomptés, sauf si vous faites le boulot. Libre à chacun de se positionner sur ce sujet.

descente ocytocien drogue

C’est pour cela aussi qu’il est l’hormone de la parentalité vu qu’il se sécrète durant un temps équivalent à celui qui est nécessaire à l’élevage du nourrisson. C’est important de faire de l’éthologie pour comprendre des mécanismes anciens et millionnaires qui ont disparu durant quelques siècles sous le joug des religions qui ont bridées les habitudes sexuelles. Pour aujourd’hui revenir avec force dans la jungle du libéralisme qui se développe autour de la théorie de la « main invisible » d’Adam Smith. Ainsi, l’intérêt personnel  n’est plus obstacle au développement de la société mais fracture les familles, les amours, les amitiés et l’impact fragile de l’ocytocine.

Il y a donc subordination entre les liens parentaux et amoureux, d’ailleurs les zones cérébrales qui s’activent quand on montre à une femme son enfant ou son mari sont quasiment identiques. On voit donc que la frontière est poreuse entre de froids mécanismes neurobiologiques objectifs et l’ivresse d’un amour vivant subjectif. L’un est nécessaire à la survie, l’autre participe au bonheur et à la vision utopiste d’un monde que l’on câline d’un bout pour le torturer de l’autre.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *